menu search Mediathèque

Accueil > Faqs

la boîte à questions

Choisissez un thème ci-dessous, et découvrez les questions/réponses associées pour tout savoir sur le sucre !

Y a-t-il une différence entre une sucrerie de betterave et une sucrerie de canne ?

Globalement, le principe est le même : on extrait le sucre en le séparant des autres constituants de la plante avant de le cristalliser et le sécher.

En fait, seule la méthode d'extraction, au début du procédé, est différente selon la plante. L'extraction du sucre de canne se fait par pression, en broyant les tiges de la canne tandis que le sucre de betterave est extrait par diffusion dans de l'eau chaude. Les étapes suivantes sont analogues.

Y a-t-il une différence entre une sucrerie et une raffinerie ?

Oui. Dans une sucrerie, il entre des betteraves sucrières ou de la canne à sucre ; on y extrait le sucre qu'elles contiennent en le cristallisant. Il sort du sucre blanc et / ou du sucre roux.

Dans une raffinerie, il n'entre pas de plantes sucrières mais seulement du sucre roux, qui est refondu, débarrassé de ses impuretés colorées et recristallisé. Il en sort donc principalement du sucre blanc. A noter que les raffineries ont souvent une activité complémentaire de conditionnement du sucre roux qu'elles reçoivent ainsi que du sucre blanc qu'elles produisent.

Quels sont les sucres autorisés dans l'alimentation ?

Une directive européenne, répondant au (doux) nom de "2001/111/CE" désigne sous le terme "sucres" les principaux glucides à saveur sucrée : le glucose (ou dextrose), le fructose, le saccharose.

Sont inclus également dans la catégorie des sucres alimentaires les sirops de glucose obtenus par hydrolyse de l'amidon et le sucre inverti (hydrolyse du saccharose).

Le terme "sucre" y désigne exclusivement le saccharose, obtenu par extraction à partir de la canne ou de la betterave à sucre.

Qu'est-ce que le bioéthanol ?

Le bioéthanol est un biocarburant produit, à partir de céréales (blé, maïs...) ou de betteraves et de cannes à sucre, et destiné aux moteurs essence. Le bioéthanol est le biocarburant le plus utilisé au monde. En France, l’objectif est d’incorporer 10% de bioéthanol à la consommation de carburants en 2020, ce qui correspond à moins de 3% des surfaces françaises cultivées en betteraves et en céréales et moins de 1% de la Surface Agricole Utile totale française : il n’y a donc aucune concurrence alimentaire liée à la production de bioéthanol en France.

Quelle est la durée d'une campagne sucrière ?

La betterave sucrière est une plante bisannuelle, c'est-à-dire qu'elle accomplit son cycle en deux années. La première année correspond à la phase végétative de la plante où elle se développe et accumule ses réserves en sucre au niveau de la racine. Lors de la deuxième année, la plante entre dans une phase reproductive où elle porte des fruits contenant les graines.

Pour extraire le maximum de sucre, on récolte la betterave en automne, dès la fin de la première année. En France métropolitaine, la campagne sucrière dure entre 80 et 110 jours.

Quant à la canne à sucre, le cycle de culture est d'environ 10 à 12 mois. La durée de la campagne sucrière est très variable selon les pays : elle s'effectue de février à juin aux Antilles et de juillet à décembre à la Réunion.

Où sont principalement situées les sucreries en France ?

Les 25 sucreries de France sont principalement implantées au Nord de la Loire, dans les zones de culture betteravière, entre le Loiret et le Pas-de-Calais. Il existe toutefois trois exceptions dans cette géographie sucrière : la sucrerie de Bourdon dans le Puy de Dôme et de Erstein dans le Bas-Rhin.

En plus du sucre, quels sont les autres produits provenant d'une sucrerie ?

Le sucre n’est pas le seul produit qui sort de la sucrerie : on appelle co-produit du sucre une matière créée au cours du même processus de fabrication que le sucre et en même temps. On emploie préférentiellement le terme « co-produit » plutôt que « dérivé du sucre ».

Lorsque les cannes ont été pressées pour en extraire le jus sucré, il reste un produit pulvérulent riche en fibre, la bagasse, qui sert de combustible pour alimenter la sucrerie en énergie.

Les betteraves, une fois épuisées en sucre par diffusion dans l'eau chaude, prennent le nom de pulpes, utilisées en alimentation animale.

Pour la sucrerie de canne ou de betterave, le produit final non cristallisé, visqueux et très coloré, est la mélasse ; on l'utilise comme support de fermentation pour la production d'alcool, de levures ou de micronutriments.

Dans certains pays, la mélasse de canne est consommée pour apporter des arômes et réhausser la saveur de certains desserts.

Des alcools agricoles sont obtenus par fermentation des jus extraits des plantes sucrière puis d'éventuelles distillations successives (utilisations en consommation humaine, ménagère et chimique).

Le bioéthanol (biocarburant) est obtenu à partir de la fermentation du sucre en alcool (éthanol). 

Enfin, on obtient également des écumes utilisées comme amendements agricoles pour leur richesse en calcium.

Ainsi, la bagasse, les pulpes, la mélasse, les alcools agricoles, le bioéthanol ainsi que les écumes sont des co-produits du sucre.

Voir l'infographie "Les coproduits en sucrerie"