menu search Mediathèque

Accueil > Sucre et équilibre > Sucre et santé > Sucre, poids et régime > Le sucre fait-il grossir ?

Le sucre fait-il grossir ?

Le sucre fait-il grossir ?

Mise à jour : 8 septembre 2017

                                 

Aucun aliment, aucun nutriment, qu'il s'agisse de glucides, lipides ou protéines, ne peut à lui seul être responsable d'une prise de poids. Quelles que soient leur nature, toutes les calories consommées en excès de façon durable entraînent un gain de poids. 

La prise de poids résulte le plus souvent d’un déséquilibre prolongé entre apports alimentaires et dépenses énergétiques : tout dépend des quantités consommées par rapport aux besoins. 

Selon l’analyse scientifique de l’OMS en mars 2015[1], l’effet des sucres sur le poids n’est pas lié à leur nature même, mais plutôt à leur contribution aux calories. Le contrôle du poids passe également par une activité physique quotidienne, une façon d’intervenir sur les dépenses ! 

De nombreux autres facteurs interviennent dans la prise de poids comme l’âge, le stress, le microbiote intestinal, le sommeil… mais aussi l’environnement familial (voir notre article : Autres facteurs de l'obésité).

                      

obésité : maladie multifactorielle

                   

Le cas des sucres

Les glucides, lipides et protéines de notre alimentation doivent, selon l’ANSES, représenter respectivement  40-55%, 35-40 % et 10-20% de l’apport énergétique journalier[2].

Au sein des glucides (sucres et amidon),  l’ANSES a proposé une recommandation maximale à 100g / jour pour les sucres totaux hors lactose, qu’ils soient naturellement présents ou ajoutés.

Concernant l’effet des sucres sur la prise de poids, elle a conclu qu’il n’y a pas d’effet spécifique des sucres, par rapport aux autres sources d’énergie et lorsque les apports énergétiques ne sont pas en excès[3].

Cette conclusion est en ligne avec celle de l’Organisation Mondiale de la Santé1 indiquant que l’excès de poids qui est associé à la consommation de sucres libres (sucres ajoutés + sucres du miel et des jus de fruits) résulte d’un excès de calories.

Pour mémoire, glucides et protéines apportent 4 kcal/g tandis que les lipides apportent 9 kcal/g et l’alcool 7kcal/g.

      

Et les boissons sucrées ?

Consommés en quantités trop importantes, les boissons sucrées (sodas, nectars, sirops...) ou les jus de fruits peuvent apporter un excès de calories. Les effets de ces calories « liquides » sur l’appétit et sur le poids (par rapport à celle des aliments « solides ») sont encore controversés3. Le débat scientifique reste ouvert.

En complément du travail de l’ANSES sur la révision des repères alimentaire du PNNS, le Haut Conseil de la Santé Publique recommande de limiter à un verre par jour la consommation de boissons sucrées et au goût sucré (contenant des édulcorants), et de privilégier les jus de fruits[4]. L’eau reste la seule boisson à consommer à volonté.

   

      

    

[1]  OMS, 2015. WHO Guideline: Sugars Intake for Adults and Children;World Health Organization

[2] Anses, 2016. Actualisation des repères du PNNS : révision des repères de consommations alimentaires

[3] Anses, 2016. Actualisation des repères du PNNS : établissement de recommandations d’apport de sucres

[4] Haut Conseil de la Santé publique, 2017. AVIS relatif à la révision des repères alimentaires pour les adultes, du future Programme National Nutrition Santé 2017-2021