LE SUCRE

Télécharger le player flash pour voir le site

Get Adobe Flash player

Vidéothèque Rejoignez-nous

Vous êtes dans

Accueil / de la plante au sucre / les plantes sucrières / campagne sucrière

la canne à sucre

La campagne sucrière à la Réunion

| | | |

Le Sucre : La campagne sucrière - Canne à sucre

La récolte se poursuit pendant 20 semaines et mobilise un peu plus de 3 800 planteurs sur toute l'île.

Si pour les habitants de Métropole, l'île de la Réunion incarne l'imaginaire paradisiaque des vacances exotiques, l'agriculture locale se consacre avant tout à la culture de la canne. Tandis que la campagne sucrière bat son plein, visite du premier terroir français du sucre de canne.

 

Importée sur le sol réunionnais au cours du XVIIIe siècle, la canne à sucre occupe aujourd’hui avec quelques 26 000 hectares cultivés, plus de la moitié de la surface agricole utile de l’île. Il est vrai que cette plante graminée originaire de Mélanésie, sorte de grand roseau robuste et particulièrement riche en saccharose, a trouvé sur place les conditions climatiques tropicales (chaleur et humidité) propices à son enracinement.

Une production conséquente

Une telle production de sucre de canne suppose, au niveau local, une politique économique et industrielle résolument orientée vers la production de sucre. Si la betterave sucrière occupait la même proportion des terres labourables en métropole, la France serait, en théorie, capable de fournir les deux tiers de la production mondiale en sucre !

 

De plus, la production de canne, appelée aussi "culture pivot" procure, par sa résistance aux cyclones, une garantie de revenus. La canne a servi de base à une diversification originale qui permet aux exploitants de compléter leur activité.

Un calendrier chargé

La campagne sucrière débute à la Réunion avec l’arrivée de la saison dite "fraîche", en l’occurrence début juillet. Celle-ci se poursuit pendant plus de vingt semaines jusqu’à la fin du mois de novembre et mobilise plus de 3 800 planteurs sur tout le pourtour de l’île.


Relief tourmenté oblige, les champs de canne sont, en effet, implantés sur la partie côtière de la Réunion, tel un collier végétal vert, perlé de rose lorsqu’arrive la floraison d’avril-mai. Cette particularité géographique explique notamment pourquoi deux techniques de récolte continuent de cohabiter sur le plan  régional : la coupe traditionnelle à la main et la coupe mécanisée, qui ne peut être mise en œuvre que sur des parcelles suffisamment grandes et planes pour accueillir des machines, sortes de moissonneuse adaptées à ce type de récolte. A la machette ou à l’aide de moissonneuses, la canne à sucre est méthodiquement coupée, mais non arrachée, à la différence de la betterave.

 

La coupe s’effectue ainsi pendant quatre ou cinq années consécutives. Des cycles de six à sept ans sont également possibles avant que la baisse de rendement ne devienne trop importante. Les souches sont alors arrachées et de nouvelles boutures replantées, la canne se reproduisant en effet par bouturage de la tige.

Le trésor de saccharose

C’est précisément au cœur de cette tige, haute de trois à cinq mètres, que se trouve la précieuse réserve de saccharose. Lors de la récolte, après avoir été "dépaillée", c'est-à-dire débarrassée de ses feuilles, seule cette tige, sélectionnée au niveau de la taille, est conservée. Il lui faudra alors dix à douze mois pour repousser. Le "bout blanc" (le haut de la plante), pauvre en saccharose (il contient surtout des composés non sucrés ou des sucres réducteurs comme le glucose et le fructose), est également délaissé.

 

La coupe achevée, les cannes sont acheminées vers les sucreries de l’île. Ici, selon une technique dite de "pression-imbibition", la canne est broyée et mouillée quatre ou cinq fois d’affilée par des batteries de moulins. Le jus sucré ainsi obtenu est réchauffé, additionné de chaux, décanté et filtré avant l’étape finale de cristallisation.

Une activité saisonnière de grande ampleur

La culture de la canne joue, en outre, un rôle social de première importance, mobilisant une main d’œuvre conséquente et générant globalement 15 000 emplois.

 

A partir de cette matière première, toute la filière s’est constituée pour valoriser les coproduits et compléter la production de sucre : les productions d’alcool (rhums, punchs) valorisent la mélasse, la bagasse brûlée par les deux centrales thermiques de l’île fournit 45 % de la consommation électrique. Enfin par leur importance, les surfaces cultivées en canne jouent un rôle décisif sur le plan environnemental, contribuant à protéger la terre contre l’érosion et à recycler le CO2.


D’années en années, au rythme des saisons fraiches et des campagnes sucrières, la volonté de pérenniser le savoir-faire et les traditions liées à la culture de la canne reste, plus que jamais, une priorité immuable pour la Réunion. Une manière de veiller sur l’un de ses plus précieux trésors.

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi

Une méthode d’extraction mécanique et naturelle :
Le saccharose stocké au cœur de la plante est constitué de façon définitive. Pour parvenir dans nos assiettes, il faut l’extraire de la plante. Le principe est quasiment identique entre betterave et canne à sucre. Retour sur les différentes étapes d’extraction.

Vidéo

Quelles sont les plantes qui produisent du sucre ?

Comment fabrique-t-on du sucre ? D’où provient-il ? Quel type de végétal peut concevoir du glucose ? Trouvez toutes les réponses à ces questions dans la chronique vidéo.

Chiffres-clés

- Une canne peut s’élever jusqu’à cinq mètres de haut.
- Le poids de la tige à la récolte varie entre 300 g et... 6 kg.
- Le cycle total de la canne prend en moyenne de 4 à 8 ans tandis que son cycle annuel varie de 10 à 24 mois.
- Entre 1,20 à 2 mètres cube d’eau par an sont nécessaires à la culture de la canne.
- 30 à 60 tonnes de cannes à l’heure peuvent être récoltées par une coupeuse-étêteuse.
- Une tonne de cannes fournit en moyenne 115 kg de sucre blanc.

Bon à savoir

La canne à sucre est composée de 70 % d’eau et de 30 % de matières sèches.
Ces 30 % se décomposent en :
- 13 % de fibres (cellulose, hémicellulose, pectines et lignigne)
- 14 % de sucre "saccharose"
- 3 % de "non sucre" (essentiellement glucose et fructose).

Définition

La bagasse : résidu fibreux né du broyage des tiges de canne à sucre, la bagasse est utilisée de façon séculaire comme combustible pour fournir la vapeur et l’énergie (électrique) nécessaires à la sucrerie de canne.

A lire

Du soleil au sucre. Du soleil et des plantes… D’où vient le sucre ? Il existe à l’état naturel dans de nombreux végétaux et se forme par le biais de la photosynthèse. Explications des relations entre environnement et culture sucrière.