menu search Mediathèque

Accueil > Sucre et équilibre > Atouts du sucre > Le sucre et le cerveau

Le sucre et le cerveau

Le sucre et le cerveau

Glucose et neurones : un cocktail performant

On l'oublie souvent : il n'y a pas que nos muscles qui travaillent. Notre cerveau est un grand consommateur d'énergie. Des milliards de neurones en effervescence, cela se nourrit !

Le glucose et le cerveau, c’est une histoire quasi fusionnelle… C’est le seul glucide qui passe la barrière hémato-encéphalique ou, en d’autres termes, qui passe du sang vers notre cerveau. Nos neurones en ont besoin continuellement, exactement comme l’oxygène. Car les réserves en glucose du cerveau ne dépassent pas 10 minutes ! A noter qu'il consomme 60% du glucose quand l'organisme est au repos.

             

Optimiser ses performances intellectuelles

Quand on fournit un effort cérébral particulier, les zones qui sont alors sollicitées sont capables de demander un "supplément" de glucose et d’oxygène pour faire face à l’augmentation de leur activité. Le "fournisseur officiel" de glucose ? Les glucides.

Il faut savoir que tous les glucides de l'alimentation fournissent, après digestion, du glucose.

La complexité et la durée d’une tâche mentale conditionnent notre consommation de glucose par le cerveau. Traduction : plus on se creuse les méninges et plus on a besoin de carburant !

Des études montrent en effet que le glucose améliore les performances de la mémoire chez l’enfant et l’adolescent. Ainsi, des enfants ayant consommé un petit déjeuner sont plus performants pour effectuer dans la matinée des tests d'arithmétique et de lecture.

Et c'est sans doute les calories plus que les glucides eux-mêmes qui assurent une bonne performance à ces tests.

Mais un tel petit déjeuner, même pris régulièrement, n'assurera pas la mention au bac pour autant !

                  

Plus vif et plus attentif

La consommation de glucides accroît aussi les capacités d’attention et diminue le temps de réaction chez l’enfant. Pour les adultes, les résultats sont tout aussi probants, mais ils dépendent de la valeur de la glycémie à jeun de chacun (reflet du plus ou moins bon fonctionnement du métabolisme glucidique).

Pour les seniors, une étude montre que la consommation le matin à jeun de 50 grammes de glucose améliore de 40 % le score global à des tests de mémoire.