menu search Mediathèque

Accueil > Sucre et équilibre > Sucre et santé > Le sucre et les caries

Le sucre et les caries

Le sucre et les caries

Mise à jour : 30 juin 2017

Il existe de nombreux facteurs responsables de la formation des caries... c'est pourquoi on parle de maladie multifactorielle. Une meilleure compréhension de la formation des caries permet aujourd'hui de disposer de moyens de prévention efficaces.

La consommation de sucre et de produits sucrés mais aussi d’aliments source de glucides est un facteur de risque connu pour les caries. Cependant la formation des caries dépend de plusieurs facteurs, l’alimentation bien sûr, le temps de rétention des aliments dans la cavité buccale, la salive, l’hygiène bucco-dentaire, les facteurs génétiques ou encore la flore microbienne (microbiote buccal)...

         

A l'attaque carieuse !

Le nombre d’espèces bactériennes présentes en bouche serait supérieur à 500 mais ce sont seulement 4 ou 5 genres qui regroupent les souches les plus virulentes. Elles sont particulièrement douées pour former de longues chaînes de glucose permettant leur adhérence sur les dents. La voie est alors ouverte à la colonisation par d’autres espèces bactériennes, ce qui va donner un biofilm, la fameuse plaque dentaire. Les bactéries passent alors à l’action pour produire des acides à partir de la fermentation des glucides présents en bouche. Cette acidité provoque une dissolution de l’émail en surface mais qui est réversible si l’acidité diminue. La carie va s’installer lorsque la déminéralisation (perte en calcium et phosphate notamment) l’emporte sur la reminéralisation.

        

Les caries sont-elles toujours dues au sucre ?

C’est entendu, les caries se forment le plus souvent avec le sucre (saccharose), mais aussi avec bon nombre d’autres sucres (glucose, fructose) et glucides, comme les amidons (présents dans le pain, les pâtes, les pommes-de-terre…) digérés en glucose par la salive1..

En dehors de la teneur en sucres ou en glucides, le potentiel cariogène d’un aliment varie beaucoup en fonction de sa texture : raisins secs, madeleine, banane et frites décrochent le pompon avec les plus forts indices de cariogénicité potentielle. Ils ont en commun d’être plutôt collants et leur temps de séjour en bouche permet une acidification préparant le terrain de la carie (hors brossage des dents évidemment). Par ailleurs, au-delà de la quantité de sucres, c’est la fréquence de consommation qui semble déterminante pour le risque de caries (1).  
 
  


 

              

Comment lutter contre les caries ?

Pas de panique… Il existe des moyens efficaces pour préserver son capital dentaire :

-  respecter les trois repas journaliers (ou quatre avec le goûter, notamment pour les enfants),

- éviter de grignoter ou boire des produits sucrés entre les repas,

- respecter le brossage des dents deux fois par jour, ou après chaque repas si possible.

             

Le fluor + le dentiste pour une prévention efficace

Pour compléter l’action du brossage, il est recommandé d’utiliser un dentifrice fluoré, reconnu comme l’un des moyens de prévention le plus efficace. Un brossage méticuleux permet d’éliminer la plaque dentaire (ou film dentaire), une pellicule d’origine salivaire située à la surface de la dent qui est colonisée par les micro-organismes de la flore buccale.

Une visite régulière chez le dentiste est importante pour une prévention efficace. Un détartrage régulier est recommandé afin de supprimer la plaque dentaire sur les faces inaccessibles à la brosse à dent. Le fil dentaire et les bains de bouche (plus ou moins antiseptiques, plus ou moins fluorés), peuvent également être bénéfiques selon la "cario-sensibilité" de chacun. Lorsque le brossage n'est pas possible, mâcher un chewing-gum favorise la production de salive, qui limite la formation de la plaque (1).

              

             

(1) HAS, 2010. RECOMMANDATIONS EN SANTÉ PUBLIQUE : Stratégies de prévention de la carie dentaire. Argumentaire et synthèse.