menu search Mediathèque

Accueil > Sucre gourmand > Parcours gourmand > Fêtes gourmandes > Halloween

Halloween

Halloween

Halloween

Les sorciers en culottes courtes ne sont pas les seuls à frémir de plaisir en célébrant Halloween…. Anecdotes, petites histoires, coutumes, voici tous les ingrédients pour découvrir cette fête horriblement appétissante et ludique.

L'origine

Le mot Halloween vient de l’Anglais « All Hallow Eve », qui désigne la veille de la fête des Saints, ou la veille de la Toussaint. Au commencement, Halloween était une fête celte druidique qui célébrait la nouvelle année. En effet, chez les Celtes en général et chez les Gaulois en particulier, la veille du nouvel an se célébrait le 31 octobre.

La nuit de Halloween est réputée propice aux esprits malins car, selon la légende, c’est à ce moment que les fantômes des morts rendaient visite aux vivants. Pour apaiser les esprits, les villageois plaçaient devant les portes et les fenêtres des citrouilles grimaçantes et évidées. On les appelle aujourd’hui les « Jack’o lantern » car une bougie les éclaire de l’intérieur.

Une légende irlandaise raconte que Jack a été chassé du Paradis et de l’Enfer et qu’il est condamné à errer sur la Terre en s’éclairant avec sa lanterne, creusée dans une citrouille, une betterave ou un navet.

Esprit es-tu là ?

A l’époque des Celtes, des fêtes étaient organisées pendant deux semaines en l’honneur des proches disparus venus spécialement de l’au-delà. On faisait alors de grands feux afin d’éloigner les mauvais esprits qui accompagnaient ces êtres disparus. Puis les druides enflammaient des branches de chênes sacrés destinées à protéger chaque foyer durant l’année. Le maquillage et les costumes, de préférence épouvantables, permettaient de s’assurer que les mauvais esprits s’en aillent.

Halloween en Europe

Cette coutume va se répandre largement en Irlande, en Ecosse, au Pays de Galles puis aux Etats-Unis, où Halloween devient une fête nationale à la fin du 19e siècle. Elle a fait un éphémère retour en France à la fin du 20e siècle.

Cette période de la Toussaint voit fêter les morts dans toute la chrétienté, mais certains pays la célèbrent dans la joie :

  • En Sicile et dans toute l’Italie du Sud, les enfants découvrent sous leur oreiller les présents apportés par les défunts de la famille.
  • En Espagne, le jour de la Toussaint, on mange des beignets appelés pour la circonstance « Huesos de Santos », les "os des Saints".
  • Dans le monde slave, dans les Balkans, le culte des morts est encore souvent accompagné de la consommation d’un gâteau rituel.
  • A Namur, en Belgique, une crêpe spéciale est réservée au jour des morts.
  • Et en France, il n’y a pas si longtemps, « le pain des âmes » en Bretagne et les « salviate » en Corse se rattachaient à la même tradition.