menu search Mediathèque

Accueil > Sucre et équilibre > Sucre et santé > Peut-on être « accro » au sucre ?

Peut-on être « accro » au sucre ?

Peut-on être « accro » au sucre ?

Mise à jour : 16 avril 2020

 

L'idée selon laquelle il existerait une addiction au sucre est largement répandue auprès du grand public. Or, la réalité n’est pas simple.

Le terme « addiction » s’est banalisé dans le langage courant. Il n’est pas rare d’entendre certaines personnes se définir comme accros au portable, au travail, au sport… Non seulement ce concept ne fait pas consensus dans la communauté scientifique, mais en plus nous avons tendance à confondre addiction, attirance, préférence et compulsion. Comprendre les mécanismes de notre cerveau liés à ces comportements permet d’y voir plus clair !

            

Une addiction au fait de manger, plutôt qu’à l’aliment lui-même

Au départ, tout repose sur la sensation de plaisir et de bien-être associée au circuit de la récompense.

Lorsque nous mangeons un aliment sucré, le cerveau reçoit un messager chimique appelé dopamine qui lui dit « ce que je mange me procure du plaisir ». Cette production de dopamine est un phénomène naturel qui n’est pas réservé à la nourriture : le sport, le sexe, la musique, la méditation… sont autant d’activités qui peuvent sécréter de la dopamine. 

Mais là s’arrête la comparaison avec les drogues telles que la cocaïne ou l’héroïne. En effet, celles-ci entraînent une libération plus importante de dopamine et court-circuitent le circuit normal de la récompense, censé s’autoréguler [1].

Avec le temps, la dépendance s’installe et les doses de dopamines nécessaires pour atteindre le plaisir (donc la dose et/ou la fréquence de drogues) augmentent. Ce n’est pas le cas pour un aliment sucré. Au fil du repas, le plaisir associé à la consommation d’aliments diminue au fur et à mesure que l’on se sent rassasié ; et la prise alimentaire s’interrompt lorsque l’on n’a plus faim : le système de la récompense se désactive naturellement [2].

Le sucre ne peut donc pas être comparé à une drogue.

D’après un groupe de spécialistes européens des addictions [3], il n'existe à ce jour aucune preuve qu'un aliment spécifique provoque une dépendance (à l'exception de la caféine et des boissons alcoolisées, via des mécanismes très spécifiques). Cependant, il arrive que certaines personnes développent des envies compulsives liées à une dépendance psychologique au fait même de manger.

              

La restriction mime l’addiction

Les régimes restrictifs, visant à perdre du poids, peuvent être à l’origine de ces envies irrésistibles de manger des produits « plaisir », souvent gras et sucrés. En effet, plus l’on se prive d’un aliment, plus il nous fait envie [4]. Lorsque la personne « craque », la transgression de l’interdit se manifeste sur un mode compulsif suivi de sentiment de culpabilité voire d’angoisse. Il s’ensuit alors un comportement de super-contrôle et de restriction. C’est un cercle vicieux qui mime le processus de l’addiction.

Ces troubles du comportement alimentaires peuvent entraîner souffrance et problèmes de santé, qui nécessitent un accompagnement par des professionnels.

Lever les interdits et aller vers une consommation raisonnée en étant à l’écoute de ses sensations de faim et de satiété peut permettre de sortir de ces comportements compulsifs.

D’après les études, 5 à 10 % de la population générale seraient concernés par une addiction au fait de manger. Si vous pensez être concerné par ce type de comportements, n’hésitez pas à vous tourner vers un professionnel compétent.

Sucre et addiction : Les points clefs à retenir

  1. Dire que le sucre est comparable à une drogue dure est excessif. Le cerveau ne répond pas à des nutriments (sucre, sel, gras) de la même manière qu'aux drogues telles que l'héroïne ou la cocaïne.

  2. Aucune dépendance au sucre n’a été observée chez l’Homme. En revanche, certaines personnes développent en effet des envies compulsives liées à une dépendance psychologique au fait même de manger.

  3. Le plaisir peut exister sans dépendance ! Une consommation raisonnée de sucre peut tout à fait s’inscrire dans le cadre une alimentation équilibrée.

            

                  

           


[2] Unesco, Pierre Chandon et Roland Jouvent

[3] Consensus Neurofast (“Eating addiction”, rather than “food addiction”, better captures addictive-like eating behavior. Neuroscience & Biobehavioral Reviews 2014)

[4] Anses

             

                 

A voir également :
L'express : Le sucre est-il vraiment plus addictif que la cocaïne ?