menu search Mediathèque

Accueil > Sucre de A à Z > Développement durable > Les biocarburants

Les biocarburants

Les biocarburants

Le saccharose fait carburer le bioéthanol

Saviez-vous que la canne à sucre et la betterave font aussi rouler les voitures ? Découvrez les secrets de fabrication de cette énergie du futur. Toute l'histoire de ce carburant propre et abordable, qui offre une opportunité de diversification à la filière sucrière et à la France une source d'énergie renouvelable.

             

Qu'est-ce que le bioéthanol ?

Le bioéthanol est une source d’énergie renouvelable qui provient de l’agriculture ou des déchets de l’industrie forestière. Ce biocarburant destiné aux moteurs à essence est une alternative significative aux carburants actuels, le bioéthanol est le biocarburant le plus utilisé dans le monde.
En Europe, le bioéthanol est produit à partir de végétaux contenant du saccharose (la betterave, la canne à sucre), ou de l’amidon (le blé ou le maïs).
Il est obtenu par fermentation du sucre, directement extrait de la plante sucrière.

               

Son processus de fabrication

Le bioéthanol, comme son nom l’indique, est de l’éthanol créé à partir de la biomasse, issue de la matière végétale. En France, l’éthanol est fabriqué principalement à partir de betteraves sucrières, grâce à plusieurs étapes de fabrication simples et minutieuses :

1/ Les betteraves, une fois lavées et démises de leurs feuilles sont découpées en fines lamelles appelées cossettes.

2/ Ensuite, les cossettes sont plongées dans de l'eau, pour que le sucre présent dans celles-ci passe dans l'eau et se transforme en jus de diffusion, appelé jus vert.

3/ Lors de la cristallisation, du sucre est extrait de ce jus de diffusion. Le résidu de la cristallisation va fermenter, jusqu’à ce que le sucre présent se transforme en alcool. La solution obtenue s’appelle le « vin ».

4/ Ce vin n'est pas pur et va être distillé, pour en extraire tout l'alcool en le séparant de l'eau. Le distillat obtenu est de l'éthanol à 92°.

5/ Enfin, l’éthanol va être déshydraté pour se débarrasser des dernières molécules d’eau dont il est composé. Cette étape va le rendre encore plus pur et plus concentré en alcool (de 96 à 99 °). Une fois la déshydratation terminée, le bioéthanol est prêt à être utilisé comme carburant.

 

Le bioéthanol, l'avenir des carburants ?

En dehors d’une production agricole et du développement d’une industrie locales, l’intérêt du bioéthanol pour la France est de réduire la forte dépendance énergétique actuelle.  Le bioéthanol se distingue par de bonnes performances tant aux plans énergétique qu’environnemental. Selon son origine végétale (betterave, blé ou maïs), le bioéthanol permet de réduire les émissions de gaz à effets de serres de 49 % jusqu’à 66 % (pour l’éthanol issu de la betterave) par rapport à l’essence (Source : ADEME 2010).

1 million de tonnes de CO2 sont économisées chaque année grâce à l’éthanol produit en France soit 500 000 voitures en moins*. Le CO2 émis lors de la combustion du bioéthanol dans les moteurs est d’origine atmosphérique, capté et fixé par les plantes lors de leur croissance. Par ailleurs, la combustion du bioéthanol n’émet pas de particules.

Pour le bioéthanol issu de betteraves, un hectare permet de produire près de 90 tonnes de betteraves qui donnent, une fois transformées, 90 hectolitres (9000 litres) de bioéthanol et 4,5 tonnes de pulpes déshydratées, soit l’équivalent nutritionnel d’un demi-hectare de céréales. Quand un hectare de betteraves est consacré à la production de bioéthanol, la moitié environ revient à l’alimentation animale sous forme de pulpes. Ce qui fait que la mobilisation des surfaces consacrées au bioéthanol en France est inférieure à 1 % en net quand on a restitué la part qui retourne à l’alimentation animale.

Le Bioéthanol est actuellement présent dans tous les carburants essence distribués en France :

  • jusqu’à 7,5 % (en pur ou via un dérivé) dans le SP95 et le SP98
  • jusqu’à 10 % (en pur ou via un dérivé) dans le SP95-E10
  • entre 65% et 85 % dans le Superéthanol E85.

Avec une production nationale de 12 millions d’hectolitres, la France est le 1er producteur européen de bioéthanol devant l’Allemagne. Le bioéthanol consommé en France est quasiment "100% made in France".

Un approvisionnement local :

Les usines françaises de bioéthanol s’approvisionnent localement en matières premières végétales. L’essentiel du bioéthanol consommé en France est produit en France.

Des sites ultra-performants :

La filière française du bioéthanol a investi plus d’un milliard d’euros dans 5 unités industrielles récentes d’envergure mondiale.

Les distilleries qui produisent le bioéthanol sont des bioraffineries.

Une utilisation optimisée des matières premières végétales :

La production française d’éthanol génère également des co-produits tels que des pulpes de betteraves et des drèches de céréales, riches en protéines. Par ailleurs, le CO2 de fermentation émis lors de la fabrication de bioéthanol peut être capté et réinjecté dans la filière agroalimentaire, pour les boissons gazeuses par exemple.

* Sur la base de 2 tonnes de CO2 émises par voiture et par an

La betterave a donc de l’énergie à revendre, pour un long moment !

Pour en savoir plus :  www.bioethanolcarburant.com