menu search Mediathèque

Accueil > Sucre de A à Z > Histoire du sucre > Des histoires sucrées > Comment le sucre est-il arrivé jusqu’à nous ? 1/3

Comment le sucre est-il arrivé jusqu’à nous ? 1/3

Comment le sucre est-il arrivé jusqu’à nous ?

Des origines à la Renaissance

Qu’il s’appelle zucchero (italien), sugar (anglais), zucker (allemand) ou seker (turc), le sucre n’a pas toujours été présent sur nos tables. L’arrivée du sucre en Europe est le fruit d’un long périple à travers le monde et les siècles. Découvrez l’histoire de ses origines, du Paléolithique à la Renaissance.

                  

Le miel et les abeilles

Il vous est difficile de résister à un petit plaisir sucré ? Rien de plus normal. Depuis toujours, l’homme a un petit penchant pour cette saveur. En effet, celle-ci est associée, avant même la naissance, à une source d’énergie indispensable au bon fonctionnement de notre organisme.

Pourtant, la saveur sucrée n’a pas toujours été liée au sucre : du temps du Paléolithique, seuls les baies et le miel y contribuaient. Les premières traces de l’apiculture remontent d’ailleurs au IVème millénaire avant notre ère. Charlemagne lui-même avait compris le rôle prépondérant des abeilles en ordonnant l’installation de ruches sur l’ensemble de ses domaines.

         

Voyage aux pays du sucre

Ce sont les habitants du sous-continent indien qui, les premiers, ont réussi à extraire le sucre de la canne à sucre, jusqu’alors mâchée crue. Les conquêtes arabes ont ensuite entraîné les plantations de canne à sucre dans leur sillage, jusqu’au sud de l’Espagne.

Si la culture de la canne à sucre arrive en Europe, le climat méditerranéen ne convient guère à ces plantations requérant une irrigation importante. Ainsi, la canne est consommée telle quelle, comme une gourmandise, et sa production reste très marginale. Les techniques d’extraction du sucre ne nous parviennent qu’à la faveur des Croisades, qui permettent aux pèlerins de découvrir les grandes plantations.

        

Du remède médicinal au sucré-salé

Au Moyen-Age, le sucre se retrouve élevé au rôle de remède médicinal en raison de son coût. Les médecins de l’époque considèrent qu’il est bon pour la digestion. Petit à petit, il devient une épice de chambre, sorte de petite dragée consommée par les hautes sphères à la fin des repas.

Véritable produit de luxe, le sucre va néanmoins prendre de plus en plus de place dans les assiettes. De médicament, il devient un ingrédient très prisé de la Renaissance, du début à la fin des repas : les poissons et les viandes eux aussi se voient saupoudrés de sucre. Des recettes qui, semble-t-il, nous inspirent encore aujourd’hui !

Et si vous voulez connaître la suite de l’histoire, c’est ici !