menu search Mediathèque

Accueil > Sucre et équilibre > Sucre et santé > Sucre, poids et régime > Autres facteurs de l'obésité

Autres facteurs de l'obésité

Prise de poids chez les enfants : quid de la génétique et de l'environnement ?

Une mauvaise adéquation des apports aux dépenses énergétiques peut être, si elle est durable, une source de prise de poids. Il est bien établi aujourd’hui qu’il existe une forte prédisposition familiale à la transmission de l’obésité, surtout dans la petite enfance, mais il est cependant difficile d’affirmer que seuls les enfants prédisposés sont sensibles à un environnement favorable à la prise de poids.

Le jeune enfant est en général capable de contrôler ses apports en fonction de la densité énergétique de son alimentation et de les ajuster à ses besoins. C’est un bon « régulateur ». En d’autres termes, il va s’arrêter de manger dès qu’il n’aura plus faim et ne mangera pas (ou peu) s’il n’a pas faim. De la même façon, il est probable que s’il mange trop lors d’un goûter ou d’un repas, il compensera au repas suivant en mangeant moins. Cette précieuse capacité de régulation de l'enfant tend à se réduire avec l’âge, au fur à mesure que les enfants apprennent à manger en fonction des règles sociales et de l’influence de leur environnement. 

Les parents influencent la consommation de leurs enfants à travers un ensemble de pratiques qui les aideront à s’adapter à cet environnement. Un enfant apprend à manger autant avec sa propre expérience qu'en en regardant les autres, et en premier lieu ses parents. Ces derniers sont aussi responsables à la fois de la qualité mais aussi de la quantité des aliments qu’ils proposent à leurs enfants. 

Autre point intervenant dans la régulation des apports : la densité calorique des aliments. Les aliments riches en fibres et en eau, comme les fruits et les légumes, sont considérés comme étant protecteurs vis-à-vis du surpoids du fait de leur pouvoir rassasiant. A contrario, les aliments plus denses en énergie (gras-sucrés, gras-salés) sont moins rassasiants et peuvent conduire à des consommations caloriques excessives, en particulier chez des enfants qui seraient moins bons régulateurs. 

 

Une trop grande disponibilité « à la maison » de ces aliments pourrait constituer un véritable facteur de suralimentation. Les parents doivent veiller aux quantités, au rythme et à la façon de manger de leurs enfants, en valorisant les repas familiaux.  Aussi est-il prudent de ne pas trop remplir les placards, de ne pas succomber systématiquement aux promotions ou encore de veiller à adapter les portions à l’âge des enfants.

 L'incitation à la restriction est fréquente chez les parents un peu trop soucieux de l’avenir pondéral de leurs enfants et qui veulent encourager un comportement alimentaire «sain » chez leurs enfants. Chez la plupart de ces parents, il existe une confusion entre la prévention de l’obésité et la peur d’être gros. Ils s’emploient à  limiter ou interdire des aliments, en général ceux qui sont consommés aux goûters ou en grignotages (gras salés, gras sucrés) dans le but de leur éviter une trop grande prise de poids. Il y a des effets collatéraux à la restriction : plus elle est importante, plus l’enfant risque de consommer ces aliments interdits lorsqu’ils sont proposés à volonté et/ou en l'absence de faim (c’est à dire après un repas qui rassasie). Ces contrôles externes, motivés par la peur de grossir, ne permettent plus aux signaux internes de l'enfant de fonctionner.   

Il convient donc d'apprendre aux enfants à consommer et à déguster les aliments denses en énergie et hautement « palatables », sans les interdire. L'éducation au goût et à l'écoute des signaux de faim et de rassasiement, dès le plus jeune âge est un élément déterminant car les habitudes acquises précocement sont ensuite très difficiles à modifier. 

A la maison, pour la composition des menus, il s’agit de tenir compte de l’équilibre alimentaire pour l’ensemble de la famille, en évitant de focaliser les enfants (et tout particulièrement les filles) sur la question du surpoids. On évitera ainsi des attitudes culpabilisantes perturbant le rapport de plaisir avec les aliments.

Ces dernières années, de nombreuses études ont également mis en évidence l'importance d'autres facteurs sur la prise de poids en particulier le microbiote (flore intestinale) et le sommeil. Ainsi, les enfants et adolescents "petits dormeurs" ont plus de risque de surpoids que les autres. Là encore, les parents ont un rôle à jouer pour aider leur enfant à respecter ses besoins de sommeil… quitte à réserver les "temps d'écran" (télévision, ordinateur, portable) à des créneaux précis qui ne viennent pas concurrencer le besoin vital d'une bonne nuit de sommeil.